Les faux diplômes sont de plus en plus présents sur le marché du travail. Si les fraudeurs prennent de gros risques, ils emportent des personnes dans leur chute à cause de leur arnaque.

Le business des faux diplômes : un marché mondial

Grâce aux nouvelles technologies de l’information, il est devenu très facile de se procurer un faux diplôme. Vous désirez un doctorat, d’une université célèbre ? En quelques clics et un coup de carte bleue vous validez huit ans d’études.

Il existe un vrai business autour de la vente de diplômes et on se rend compte de plus en plus à quel point ce domaine est vaste. Au Pakistan, par exemple, une firme s’est développée autour des faux diplômes en se faisant passer pour une prestigieuse école. Des millions de dollars ont circulé pendant des années à échelle mondiale via ces professionnels de la fraude qui “vendent du rêve” sur internet.

En plus de faire circuler des faux diplômes, Axact a également arnaqué de nombreuses personnes qui pensaient avoir à faire à une véritable institution, entre autres chantages et arnaques…

Les faux diplômes d’Axact allaient de 350 à 4000 euros. Mais en moyenne, il est possible de se procurer des faux diplômes sur internet pour 150€. Un prix très abordable qui n’aide en rien à dissuader les fraudeurs.

Les entreprises qui embauchent, risquent gros dans les affaires de faux diplômes et elles ne sont pas les seules. Les centres de formation sont aussi extrêmement touchés lorsqu’une personne se fait passer pour un de leurs diplômés.

Face aux faux diplômés, les entreprises sont en première ligne

Le challenge est de taille : comment trouver la perle rare parmi des centaines (ou plus) de candidats ? Ce moment décisif qu’est le recrutement donne des sueurs froides à de nombreuses entreprises, notamment en France.  Le chemin pour trouver le candidat compétent qui réunit toutes les qualités nécessaires au poste proposé est semé d’embûches (CV mensongers, faux diplômes, exagération sur les compétences…).

Ce problème n’est pas à prendre à la légère car dans 30% des cas, l’assurance ne couvre pas l’entreprise si elle a engagé un faux diplômé qui commet une faute grave pour manque de compétences.

A ce titre, le recrutement d’un nouveau salarié est une expérience qui peut coûter cher.

“Entre le coût du licenciement, le risque de procédure aux Prud’hommes et les frais liés à une nouvelle embauche, la fraude aux CV coûterait 1 milliard d’euros par an aux entreprises françaises. Chaque année, 12.500 personnes seraient ainsi licenciées après avoir enjolivé leur CV…” Capital.fr

Les centres de formation et la remise en cause des compétences

Lorsqu’une personne utilise un faux diplôme, il ne joue pas seulement avec ses compétences, mais met à mal la réputation de l’organisme formateur dont elle se réclame.
Un diplôme représente une validation des compétences, lesquelles sont issues des programmes de formation d’organismes agréés. Si l’entreprise fait face à un candidat inapte aux responsabilités qui lui sont confiées, elle est en droit de douter de la valeur de l’organisme de formation. Cet organisme est-il fiable, quelle est la valeur des ses diplômes, de ses formateurs? 

Tant de doutes qui entraînent des audits et contrôles seulement dans le meilleur des cas.

Il arrive également que le centre soit suspecté d’être complice des fraudeurs et d’avoir fourni ces faux diplômes. Dans ces cas là, le tribunal est le seul à pouvoir vous innocenter. Un exemple intéressant à consulter :

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/faux-diplomes-trois-cadres-superieurs-ecroues-43973/

En conclusion

L’augmentation du nombre de fraudes aux diplômes en France demande une plus grande vigilance de la part des entreprises qui recrutent.

Les organismes de formation sont eux aussi touchés par ce phénomène, et le seul moyen de se prévenir d’une association négative pour votre image est d’offrir plus de transparence sur la liste de vos diplômés.

Il existe des outils de vérification pour les diplômes de l’enseignement supérieur, mais aucun pour les diplômes techniques. C’est dans cette démarche que nous avons créé CVérifié.